# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ ITALIE POST-FASCISTE : DE QUOI GIORGIA MELONI EST-ELLE VRAIMENT LE NOM ?

LM.GEOPOL -IV-2022 meloni (2022 10 03) FR

Le Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
de LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ)/
2022 10 04/ Série IV/

# INTRODUCTION

Italie soi-disant « post-fasciste » :
de quoi Giorgia Meloni est-elle vraiment le nom ?

* Ecoutez sur RADIO.LUCMICHEL/
PCN-НОП/ LUC MICHEL : POSTFASCISME OU EXTREME-DROITE BLEUE-BRUNE LIBERALE ET SIONISTE ?
https://www.podcastics.com/podcast/episode/radiolucmichel-pcn-nop-luc-michel-postfascisme-ou-extreme-droite-bleue-brune-liberale-et-sioniste-205018/

#1/
L’EXTREME-DOITE PRO-AMERICAINE

« Aucune valeur juridique ou politique » à l’annexion russe, estime Giorgia Meloni »…
Giorgia Meloni, cheffe pressentie du futur gouvernement italien, a estimé que l’annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes n’avait « aucune valeur juridique ou politique » et démontrait que Vladimir Poutine « menace » la sécurité européenne. « La déclaration d’annexion à la Fédération de Russie de quatre régions ukrainiennes après les simulacres de référendum qui se sont déroulés sous une violente occupation militaire, n’a aucune valeur juridique ou politique », a-t-elle déclaré dans un communiqué. Vladimir « Poutine démontre encore une fois sa vision néo-impérialiste de caractère soviétique qui menace la sécurité du continent européen tout entier », poursuit la cheffe du parti post-fasciste Fratelli d’Italia (FdI) qui a remporté avec ses alliés les législatives de dimanche. « Cette nouvelle violation de la part de la Russie des règles de coexistence entre les nations confirme la nécessité pour les démocraties occidentales d’être unies et soudées », a conclu Mme Meloni.

# 2/
L’EXTREME-DROITE SIONISTE

Meloni se présente comme une grande partisane d’Israël et rejette son passé fasciste …

La dirigeante du parti Fratelli d’Italia a souligné ses liens avec le Likud ; Israël, qui a boycotté d’autres dirigeants d’extrême droite européens, n’a pas encore réagi…

L’Italienne Giorgia Meloni, qui est en passe de devenir la première dirigeante d’extrême droite du pays depuis Mussolini pendant la Seconde Guerre mondiale, essaie depuis longtemps de prendre ses distances avec le passé fasciste de son parti et a indiqué qu’elle serait une fervente partisane d’Israël, se vantant même de ses liens avec le Likud.

Le parti Fratelli d’Italia (FdI) de Meloni est arrivé en tête des élections générales dimanche, remportant environ 26 % des voix ; sa coalition de droite semble prête à obtenir la majorité dans les deux chambres du Parlement.

Il n’y a pas encore eu de réaction de la part d’Israël, les résultats ayant été annoncés alors que le pays célébrait le Nouvel an juif.

Fratelli d’Italia, que Meloni a fondé en 2012, est un descendant politique du Mouvement social italien (MSI), formé par des partisans du dictateur fasciste Benito Mussolini après la Seconde Guerre mondiale. Sa popularité a grimpé en flèche. Il n’était qu’à 4 % il y a quatre ans. Le parti utilise un symbole représentant une flamme tricolore, emblème du MSI.

FdI a son siège à l’adresse Via della Scrofa, dans le centre de Rome, où le MSI avait installé ses bureaux en 1946, a rapporté The Guardian. Lors des élections locales organisées à Rome en octobre dernier, la petite-fille de Mussolini, Rachelle, membre du parti FdI, avait obtenu le plus grand nombre de voix pour le poste de conseiller municipal.

Les États-Unis et l’Union européenne ont indiqué lundi qu’ils étaient disposés à travailler avec Meloni, mais ont mis en garde contre d’éventuelles violations des droits de l’homme en Italie.

CES DERNIERS MOIS, MELONI A EXPRIME A PLUSIEURS REPRISES SON SOUTIEN A ISRAËL ET A CHERCHE A MINIMISER LES RACINES NEO-FASCISTES DE SON PARTI.

« Il y a plusieurs décennies que la droite italienne a relégué le fascisme à l’Histoire, en condamnant sans ambiguïté la privation de démocratie, les infâmes lois anti-juives et la tragédie de la Seconde Guerre mondiale », a-t-elle déclaré dans une récente interview accordée au journal Israel Hayom.

Elle répondait à une question sur les accusations selon lesquelles son parti serait néo-fasciste, et a souligné que si cette affirmation était « une affabulation ridicule d’une gauche désespérée », elle ne voulait cependant pas « esquiver la question », sachant combien elle peut être délicate pour les lecteurs [israéliens] ».

Ces commentaires font écho à une déclaration vidéo qu’elle a publiée en août, désavouant le fascisme.

« Pendant des années, j’ai également eu l’honneur de diriger le Parti conservateur européen », a-t-elle déclaré dans la vidéo, notant que ce groupement du Parlement européen « partage des valeurs et des expériences avec les Tories britanniques [le Parti conservateur au pouvoir], les Républicains américains et le Likud israélien ».

Son parti, a-t-elle ajouté, « condamne sans ambiguïté le nazisme et le communisme » et « s’oppose farouchement à toute dérive antidémocratique ». « Il y a plusieurs décennies que la droite italienne a relégué le fascisme à l’Histoire, en condamnant sans ambiguïté la privation de démocratie et les infâmes lois anti-juives », a-t-elle également déclaré.

La semaine dernière, Meloni a suspendu un candidat du parti qui avait publié sur Facebook, en 2014, une photo d’elle avec le slogan « L’Italie au-dessus de tout », en écrivant que « cela lui rappelle un grand homme d’État d’il y a 70 ans », et précisant qu’il ne faisait pas référence à Mussolini mais à un « Allemand ».

Dans l’interview qu’elle a accordée au quotidien israélien il y a dix jours, elle a déclaré qu’elle serait à la tête d’un « gouvernement de droite européen et occidental moderne » et a réaffirmé l’affiliation de son parti à d’autres factions conservatrices traditionnelles comme le « Likud de Benjamin Netanyahu, les Tories britanniques et les Républicains américains. »

Meloni a évoqué ses précédentes visites en Israël, notamment au Mémorial de Yad Vashem, qu’elle a décrit comme « prise de conscience ».

« Israël représente la seule démocratie du Moyen-Orient, et nous défendons sans aucune réserve son droit d’exister et de vivre en sécurité. Je crois que l’existence de l’État d’Israël est vitale, et Fratelli d’Italia fera tout son possible pour permettre une plus grande coopération entre nos pays », a-t-elle déclaré.

Dans une vidéo de 2020, Meloni a également promis de défendre le droit à l’existence d’Israël « sans l’ambiguïté honteuse de la gauche ».

Elle a déclaré à Israel Hayom qu’elle prévoyait de retourner en Israël prochainement, espérant se concentrer sur des collaborations et des stratégies communes, à commencer par celles concernant l’approvisionnement en gaz naturel par la Méditerranée orientale.

Cependant, elle a semblé rompre avec d’autres dirigeants de droite, tel que son probable partenaire de coalition Matteo Salvini, en indiquant qu’elle ne déplacerait probablement pas l’ambassade d’Italie de Tel Aviv à Jérusalem.

« C’est une question très sensible, sur laquelle je pense que le prochain gouvernement italien, comme tous ceux qui l’ont précédé, devra agir en synergie avec nos partenaires de l’Union européenne », a-t-elle déclaré.

L’Union européenne s’est catégoriquement opposée à une telle démarche.

Meloni s’est également exprimée contre l’antisémitisme croissant en Europe et a cherché à le dépeindre comme émanant principalement de la gauche et des immigrants islamiques.

« Je pense que l’une des manifestations les plus courantes de l’antisémitisme aujourd’hui est la propagande anti-israélienne, que les Juifs d’Europe sont le plus susceptibles de rencontrer en ligne. Les Juifs d’Europe sont également soumis à la menace provenant non seulement des factions d’extrême-gauche et d’extrême-droite, mais surtout des immigrants islamiques radicalisés qui se nourrissent du ressentiment à l’égard d’Israël », a-t-elle déclaré.

« Israël est et doit rester un allié crucial de l’Union européenne dans l’effort d’éradication de ce mal dans le monde. Nous soutenons les efforts visant à mieux faire comprendre aux jeunes étudiants l’histoire, la religion et la culture juives. Cela contribuera à l’élimination des préjugés sociétaux et à la pleine acceptation des coutumes juives en Europe », a-t-elle ajouté.

# MELONI, UNE AVANT-GARDE POUR L’EXTREME-DROITE EUROPEENNE :
LE TRISTE EXEMPLE DU RUSSOPHOBE ROBERT MENARD

On connait les néocons à passeports français et leurs ONG au service de l’impérialisme américain. Les Médecins du monde et les Kouchner, l’exemple de plus accompli de l’imposteur humanitaire au service de la domination occidentale sur le monde (*). On connaît moins RSF et Robert Ménard. Partout où il faut déstabiliser et diffamer, sous prétexte de la « liberté de la presse » les ennemis de Washington on retrouve les campagnes de RSF. Contre Milosevic, Kadhafi, Poutine, Lukashenko ou Assad, entre autres.

Mais derrière le masque généreux se dissimule un autre néocon à passeport français, un Kouchner bis. Qui tombe aujourd’hui totalement le masque. Car Ménard est surtout un néoconservateur à la Française, un de ces radicaux de l’ultra-droite gravitant autour du FN.

QUI EST MENARD, NEOCONSERVATEUR A PASSEPORT FRANÇAIS :

* Lire CES NEOCONSERVATEURS FRANÇAIS AU SERVICE DE WASHINGTON. LE CAS MENARD
sur http://www.elac-committees.org/2013/07/15/europaischer-widerstand-ces-neoconservateurs-francais-au-service-de-washington-le-cas-menard/

* Et BERNARD KOUCHNER : UN NEOCON A PASSEPORT FRANÇAIS,
sur http://www.elac-committees.org/2012/09/06/pcn-spo-bernard-kouchner-un-neocon-a-passeport-francais/

Le maire de Béziers, plate-forme entre Zemmour et Marine Le Pen, a appelé à « durcir encore les sanctions économiques visant Vladimir Poutine », condamnant avec virulence les politiques, du RN et de LFI sans les nommer, qui considèrent qu’elles ne sont pas efficaces.
Les élus RN et LFI dans le viseur. Le maire divers droite de Béziers Robert Ménard a condamné avec virulence samedi sur BFMTV les membres de la classe politique hexagonale qui se disent défavorables à un renforcement des sanctions économiques visant Vladimir Poutine dans le cadre du conflit en Ukraine, parlant d’un « effort de guerre » nécessaire.

« Il y a un certain nombre de personnes (en France) qui osent dire que les sanctions ne servent à rien. Mais enfin, ils se foutent du monde! », a-t-il clamé.
« Si les sanctions ne servaient à rien, on ne serait pas dans cette situation où la Russie mesure à quel point elle est fragile », a-t-il justifié.

« C’est dégueulasse de dire ça! (sic). En pleine guerre, alors que les Ukrainiens sont en train de gagner, enfin je l’espère » (resic), a-t-il encore martelé. C’est un « coup de poignard dans le dos de la résistance ukrainienne » (resic), s’est-il désolé.

Le maire de Béziers s’en est pris ici, sans les nommer, aux élus du Rassemblement national et La France insoumise qui se sont prononcés contre le renforcement de sanctions économiques en direction de la Russie, jugées comme inefficaces.

« Ça s’appelle l’effort de guerre » :
Si Robert Ménard ne nie pas l’existence de conséquences économiques en France, ils les jugent nécessaires face à la menace que représente Vladimir Poutine en Europe (resic). « On nous dit que ça va avoir des conséquences en France, bien sûr que ça a des conséquences en France, bien sûr qu’il y aura des problèmes énergétiques, bien sûr que l’hiver sera plus difficile à passer », a reconnu ce privilégié de la politique.

LES DIRIGEANTS DE L’UE CONTREDISENT LA PROPAGANDE YANKEE DE MENARD : UNE CRISE ENERGETIQUE EUROPEENNE POUR PLUSIEURS ANNEES
Quand l’Europe se sanctionne elle-même ! Les ministres européens de l’énergie craignent que les prochains hivers ne soient difficiles pour l’Europe en raison de la crise énergétique. Cela a été annoncé lors d’une conférence de presse par le commissaire européen à l’énergie Kadri Simson . « À la table [de négociation], les ministres ont exprimé leur inquiétude, comme moi, que l’hiver ne soit pas facile et le prochain encore plus difficile » a-t-elle déclaré, ajoutant qu’il fallait garder cela à l’esprit lorsque la CE prendrait de nouvelles mesures concernant le gaz russe. Le vice-président de la CE, Frans Timmermans, a également mis en garde contre un hiver difficile, notant que les prix élevés de l’énergie nuisent à l’économie européenne : « A ce stade, les prix restent élevés et il n’y a pas de solution rapide à ce problème. Les prochains hivers seront difficiles. Pas seulement celui-ci. » LE SENATEUR US MITT ROMNEY CONFIRME SUR L’INUTILITE DES SANCTIONS : « Nous avons surestimé l’impact des sanctions. Regardons les statistiques. Le marché boursier a chuté cette année de 34 %, mais notre a chuté de 24 %. Donc, vous savez, ce n’est pas la fin du monde pour la Russie. Le Rouble se négocie encore plus haut qu’avant. Vous dites que leur économie perdra 20 % d’ici 2030, mais c’est encore très loin. Si nous fermons l’accès de la Russie à telle ou telle technologie, elle pourrait trouver une solution de contournement. Surtout quand l’Inde et la Chine sont amis. »

Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ)

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire – Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou, Téhéran et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily

https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

* WEBSITE http://www.lucmichel.net/
LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv

TWITTER https RADIO.LUCMICHEL

https://www.podcastics.com/podcast/radiolucmichel/://twitter.com/LucMichelPCN

FACEBOOK https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/

Posted in # ACTU / BREAKING NEWS | Commentaires fermés

# RADIO.LUCMICHEL/ INTERVIEW DE LUC MICHEL POUR PRESS TV DU 01 10 2022/ L’ANGLETERRE EPICENTRE DE LA CRISE ECONOMICO-SOCIALE SUSCITEE PAR LE COUT EXORBITANT DE LA GUERRE AMERICAINE EN UKRAINE

Ecoutez sur :
https://www.podcastics.com/podcast/episode/radiolucmichel-interview-de-luc-michel-pour-press-tv-du-01-10-2022-langleterre-epicentre-de-la-crise-economico-sociale-suscitee-par-le-cout-exorbitant-de-la-guerre-americaine-en-ukraine-205438/

Dans la capitale Londres, des centaines de personnes se sont rassemblées samedi pour protester contre la hausse des prix qui pèse lourdement sur le pouvoir d’achat.
Les gens se rassemblent dans un certain nombre d’endroits, dont Queen’s Gardens et Hull City Centre, pour appeler à l’action. Des représentants du Parti travailliste d’opposition et des syndicalistes prononcent des discours, manière de fustiger la situation et l’action du gouvernement. Les gens ont appelé des célébrités à se joindre à eux. Ils exigent des salaires plus élevés pour les travailleurs et des impôts pour les riches.

Le coût de la vie augmente au Royaume-Uni depuis le début de 2021 et a atteint près de 10 % en août 2022, du jamais vu depuis 30 ans. La crise a affecté l’accès sûr et facile à des biens et aux services pour les ménages.
Avec une inflation proche de 10% et des tarifs de l’énergie qui ont doublé en un an, de nombreux ménages britanniques se demandent s’ils vont pouvoir payer leurs factures cet hiver.

Dans le viseur des manifestants, le nouveau gouvernement dirigé par Liz Truss est accusé d’avoir privilégié les ménages les plus aisés en annonçant des baisses d’impôts. Selon un récent sondage, 51% des personnes interrogées souhaitent la démission de la Première ministre, en poste depuis à peine un mois.

Luc Michel, géopoliticien, nous donne plus d’explications.

AVEC LIZ TRUSS, LE ROYAUME-UNI S’ENFONCE DANS LA CRISE

La première ministre, qui préside le congrès annuel de son parti, les tories, est sous le feu des critiques.
Après l’annexion par Vladimir Poutine de territoires ukrainiens, un site satirique britannique a titré qu’en représailles le Royaume-Uni envisageait de placer Liz Truss une semaine à la tête de l’économie russe… La presse «sérieuse» n’est guère plus tendre avec la nouvelle première ministre, depuis la tempête financière qu’elle a déclenchée dès ses premiers pas. Et c’est sous pression et déjà fragilisée qu’elle va présider à Birmingham le congrès annuel d’un parti conservateur à l’humeur bien sombre.

Pour un chef de gouvernement britannique, rarement «lune de miel» aura été si courte. D’autant que toute vie politique a été gelée deux semaines, après la mort de la reine Elizabeth II. Enclenché avant l’annonce du décès royal, le premier acte politique de Liz Truss avait été bien accueilli, puisqu’il débloquait quelque 150 milliards de livres pour soulager les factures énergétiques des foyers comme des entreprises britanniques. La période de deuil passée …

GREVE AU ROYAUME-UNI : « LE GOUVERNEMENT DE LIZ TRUSS SE BOUCHE ACTIVEMENT LES OREILLES » FACE A LA COLERE SOCIALE, ESTIME UNE SPECIALISTE

Après les annonces de la Première ministre sur sa politique économique, un nouveau mouvement de grève est prévu sur les rails pour une augmentation des salaires. « Il peut y avoir un effet d’entraînement », prévoit Clémence Fourton :

« Non seulement le gouvernement de Liz Truss n’entend pas la colère sociale, mais il se bouche activement les oreilles », a déclaré vendredi 30 septembre sur franceinfo Clémence Fourton, maîtresse de conférences en études anglophones à Sciences-Po Lille, alors qu’un nouveau mouvement de grève est annoncé à partir de samedi 1er octobre sur le rail britannique pour des augmentations de salaires face à l’inflation, qui atteint presque les 10%. Les nombreuses grèves dans le pays depuis juin avaient été interrompues pour les funérailles d’Elizabeth II. « Il peut y avoir un effet d’entraînement, de construction d’un mouvement interprofessionnel plus large », estime la spécialiste.

franceinfo : Faut-il s’attendre à un octobre noir dans les transports ?
Clémence Fourton : C’est sûr que la situation sociale au Royaume-Uni est assez conflictuelle actuellement. Je pense effectivement qu’on va vers une intensification de cette colère sociale du fait de l’arrivée au pouvoir de Liz Truss et des premières mesures économiques qu’elle a annoncées il y a maintenant une semaine. Ces mesures, économiques, les baisses d’impôts et le bouclier tarifaire, ne me semblent pas en mesure d’apaiser la situation, pour plusieurs raisons. Premièrement, sur le plan symbolique, ces baisses d’impôts concernent seulement les 1% les plus riches de la population britannique. Le symbole est assez violent pour les personnes qui ont du mal à finir les fins de mois. Deuxièmement, ces choix budgétaires aggravent la situation économique et financière du Royaume-Uni, puisqu’on a vu dans la semaine passée un effondrement de la livre sterling, qui est maintenant égale à peu près à un dollar, ce qui est tout à fait inédit dans l’histoire économique du pays. Cela va probablement se traduire par une hausse des prix encore plus forte.

Cela veut-il dire que les mesures que prend en ce moment le gouvernement britannique vont aggraver la situation et risquent donc de relancer ces mouvements sociaux ?
Oui, tout à fait. En fait, ce nouveau gouvernement fait le pari de la croissance en voulant attirer l’investissement au Royaume-Uni. Cependant, nous sommes en droit de douter de l’efficacité de ces mesures puisque c’est un pari à long terme, alors qu’il y a une urgence sociale actuellement avec cette inflation à 10%. Je pense qu’il y a une forme de radicalisation de la politique libérale. C’est un pari qu’ils font, mais qui va vraiment encore plus loin que ce qui s’était fait jusqu’à présent au Royaume-Uni dans cette forme de dérégulation de l’économie. Non seulement ce gouvernement n’entend pas la colère sociale, mais j’irais même plus loin en disant qu’il se bouche activement les oreilles. En plus de ces allègements d’impôts des plus fortunés, le gouvernement a également annoncé des mesures anti-syndicales, de restriction du droit de grève qui est déjà très restreint au Royaume-Uni, avec des obligations encore accrues de service minimum. Pour moi, c’est un gouvernement qui va vraiment au clash avec le mouvement social et le mouvement syndical.

Le mouvement, notamment samedi dans les compagnies de trains du pays, peut-il s’étendre à d’autres secteurs ?
Oui, c’est un mouvement qui se construit depuis le mois de juin. Il y a aussi les ports avec les dockers. Il y a également les postiers, des téléconseillers, des infirmières, des avocats. Cette multiplication de secteurs en grève est tout à fait frappante. Effectivement, il peut y avoir un effet d’entraînement, de construction d’un mouvement interprofessionnel plus large.

* RADIO.LUCMICHEL

https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/

* LUCMICHEL-TV

https://vk.com/lucmicheltv

Posted in # ACTU / BREAKING NEWS | Commentaires fermés

# RADIO.AFRIQUEMEDIA INTERNATIONAL/ LUC MICHEL DANS LE ZOOM AFRIQUE DE PRESS TV DU 02 10 2022 : LA GEOPOLITIQUE DU FOOTBALL ET DU SPORT OCCIDENTALE S’ATTAQUE A L’AFRIQUE…

Ecoutez sur :
https://www.podcastics.com/podcast/episode/radioafriquemedia-international-luc-michel-dans-le-zoom-afrique-de-press-tv-du-02-10-2022-la-geopolitique-du-football-et-du-sport-occidentale-sattaque-a-lafrique-205437/

Sur le Zoom Afrique du 02 10 2022 :
Le président de la Confédération africaine de football, Patrice Motsepe, a informé la junte au pouvoir en Guinée que le pays n’organiserait pas la CAN-2025, a-t-on appris vendredi. En cause, des infrastructures et équipements « pas adaptés ou prêts » pour accueillir la compétition.
Que cherche l’Occident à travers ses pressions contre la Guinée ?
Luc Michel, géopoliticien, nous en dit plus.

LE SPORT ELEMENT DE LA CONFRONTATION GEOPOLITIQUE :

La géopolitique du Football et du sport occidentale s’attaque à l’Afrique…

Géopolitique du Sport, Géopolitique du Football … Aujourd’hui le Sport de haut niveau, en particulier le football, mais aussi les Jeux Olympiques, est devenu un élément fondamental du « Soft power ». Une évolution amorcée lors de JO de 1936 à Berlin. La FIFA, le CIO sont devenus des arènes où s’affrontent le Bloc américano-atlantiste et Moscou ou Pékin. Le Sport est aussi devenu un élément de la puissance géopolitique via le « soft power » des petits pays (voir le Qatar, la Corée du Nord ou encore la Guinée Equatoriale).
Voilà pourquoi j’ai ajouté depuis plusieurs années une « Revue de Presse Sports » à mes publications …

* RADIO.AFRIQUEMEDIA INTERNATIONAL

https://www.podcastics.com/podcast/radioafriquemedia-international/

* WebTV AFRIQUE MEDIA

http://www.afriquemedia-webtv.org/

# RADIO.AFRIQUEMEDIA INTERNATIONAL/ (LUC MICHEL DANS LE ZOOM AFRIQUE DE PRESS TV DU 2022)
Sur le Zoom Afrique du 2022 :
Luc Michel, géopoliticien, nous donne plus d’explications et la chronologie du dossier.
* RADIO.AFRIQUEMEDIA INTERNATIONAL

https://www.podcastics.com/podcast/radioafriquemedia-international/

* WebTV AFRIQUE MEDIA

http://www.afriquemedia-webtv.org/

Posted in # ACTU / BREAKING NEWS | Commentaires fermés

# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ OUI , A RIGA COMME A KIEV, LA RUSSOPHOBIE EST BIEN UN GENOCIDE CULTUREL !

LM.GEOPOL -IV-2022 letton vs russe II (2022 10 03) FR (1)

Le Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
de LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ)/
2022 10 01/ Série IV/
(avec AFP)

Je connais bien ce dossier, personnellement. En 1998, dans une autre vie, j’avais épousé une jeune russe de Riga en Lettonie. J’avais immédiatement découvert l’apartheid anti-russe des atlantistes lettons, nostalgiques comme Kiev de la Collaboration nazie. En ces temps sombres, il n’y avait ni Poutine , partis ou organisation russophones. Avec notre PCN et notre collectif antinazi EUROPAISCH WIDERSTAND, j’avais engagé le combat pour défendre les russophones. En tant qu’acteur géopolitique indépendant, je suis « un ouvreur de nouveaux fronts » (comme dit le Pentagone)…

Dans le cadre ukrainien, l’apartheid linguistique antirusse est renforcé ! La nouvelle loi lettone sur l’éducation, en imposant à partir de la rentrée scolaire de septembre la prépondérance de l’enseignement en letton, y compris dans les écoles russophones, clôt le débat sur le statut de la langue russe en Lettonie : le letton est l’unique langue officielle et, si les russophones de Lettonie veulent s’intégrer à la société locale, il leur faut parler letton.

EN LETTONIE, QUELLE PLACE ACCORDEE AU RUSSE, LANGUE MATERNELLE D’UN TIERS DE LA POPULATION ?

Le pays a une forte minorité russophone dans ses frontières. Si l’emploi du letton et du russe en fonction des interlocuteurs était une habitude jusqu’à présent, une loi impose depuis 2018 que l’enseignement soit fait seulement dans la seule langue officielle, le letton.

Quand tu viens à Daugavpils, tu arrives en Russie, selon la blague des étudiants de la ville. Et pour cause, 80 % de la population de la deuxième ville de Lettonie (100 000 habitants) est russophone. Une donnée qui peut surprendre les touristes se promenant dans la rue, tant il y a peu de magasins affichant sur leur devanture des indications en cyrillique, l’alphabet russe. Il faut payer une contribution pour le faire, alors beaucoup de patrons s’en passent.

Tout le monde autour de moi parle russe, affirme Ilona, une entrepreneure à Daugavpils de 36 ans qui se présente comme coach pour femme. Ses parents ont choisi de prendre le passeport russe pour aller plus facilement visiter la famille de l’autre côté des frontières russe ou biélorusse, tandis qu’elle a le passeport letton, le rouge. Au contraire de sa sœur de 13 ans qui est une non-citoyenne, ce statut particulier n’existant qu’en Lettonie et en Estonie où des citoyens n’ont pas la citoyenneté complète de leur pays car ils n’ont pas choisi d’opter pour la nationalité locale. Ils possèdent alors le passeport bleu foncé. Mes parents n’ont pas entrepris les démarches administratives à temps pour ma sœur et ne veulent pas payer pour le test [environ 200 €] à passer pour obtenir le passeport rouge, explique Ilona.

Cette famille aux origines mélangées, à la fois lettonne, russe et biélorusse, est loin d’être un cas à part en Lettonie.

« À partir de l’année scolaire 2025/2026, tous les enfants de Lettonie étudieront uniquement en letton », a souligné la ministre de l’Éducation et des Sciences, Anita Muižniece (Convervateurs), le 11 mai 2022 sur TV24.

Le ministre estime que la transition vers des études uniquement en letton au cours des trois prochaines années est tout à fait opportune. « J’aimerais avoir un livre blanc demain, mais il est important pour moi, en tant que ministre, de m’assurer que les décisions que nous prenons soient durables », a-t-il déclaré. Jusqu’au 24 mai, les ministères devraient approuver les amendements aux textes réglementaires afin de mettre en œuvre la transition vers l’enseignement uniquement dans la langue d’État.

La proposition du ministère de l’Éducation et des Sciences prévoit qu’au début, les élèves de première, quatrième et septième années seront enseignés en letton, puis l’année suivante les élèves en deuxième, cinquième et huitième années, et à partir de l’année scolaire 2025/2026 — tous les enfants du pays seront enseignés dans la langue d’État.

Depuis 2018, il y a eu une transition progressive vers l’enseignement principalement en letton, et au cours de l’année scolaire 2021/2022, le processus touche à sa fin — actuellement, 50 à 80 % de l’enseignement dans les écoles primaires des minorités nationales (à 90 % russophones) se fait en letton.

L’ALLIANCE NATIONALE EN DEMANDE DAVANTAGE :

Dans les écoles secondaires, l’enseignement est dispensé uniquement dans la langue d’État, ce qui maintient la possibilité pour les élèves d’étudier les langues minoritaires, la littérature et les matières liées à la culture et à l’histoire dans leur langue maternelle, note l’Alliance nationale (AN). L’Alliance nationale qui a récolté 16,61 % des voix aux législatives de 2018 est membre de la coalition conservatrice et libérale au pouvoir.

L’Alliance nationale est un parti national-conservateur, très hostile aux migrants et à toute forme de multiculturalisme ainsi qu’à l’expression des droits de la langue russe parlée par près de 40 % de la population à la maison.

L’anticommunisme extrême du parti le conduit à considérer les collaborateurs pro-nazis de la Légion lettone comme des « patriotes ». Sur les questions de politique internationale, le parti est particulièrement hostile à la Russie.

L’Alliance nationale demande instamment de passer à l’étape suivante et de veiller à ce que le programme scolaire ne soit enseigné que dans la langue d’État et ceci également au niveau de l’enseignement primaire.
Début mars, la Diète (le parlement) a rejeté les amendements proposés par l’AN à la loi sur l’éducation et à la loi sur les établissements d’enseignement supérieur, qui auraient prévu l’enseignement en letton uniquement dans les écoles dès la prochaine année scolaire.

LE RUSSE, LANGUE DE LA CAPITALE ET DE 37 % DES HABITANTS DU PAYS

La langue officielle de la Lettonie est le letton qui, pour environ 62 % de la population, est la principale langue parlée à la maison en 2011. Le russe est la principale langue parlée à la maison par environ 37 % des habitants du pays. Le letton est majoritaire dans tout le pays excepté dans les régions de Riga (la capitale) et de Latgale, où le russe est la langue de respectivement 56 % et 60 % de la population.

ÉLIMINER LE RUSSE COMME LANGUE SECONDE

Le 3 février, le président letton Egils Levits a rencontré la ministre de l’Éducation et des Sciences Anita Muižniece au château de Riga. La réunion a porté sur la réforme du réseau scolaire à Dunebourg (Daugavpils) et, lors des discussions, Levits a exprimé l’avis que l’apprentissage d’une deuxième langue dans les écoles lettones devrait se concentrer sur les langues officielles de l’Union européenne — ce qui exclut notamment le russe.

Une marche de protestation en 2003 contre le prochain transfert des écoles minoritaires en 2004 vers l’enseignement bilingue a été organisée par le Siège pour la protection des écoles russes. En 2004, le ministère de l’Éducation et des Sciences de la Lettonie a imposé l’enseignement bilingue dans les écoles russophones (60 % en letton et 40 % en russe), provoquant une série de protestations et d’opposition de la part du Siège pour la protection des écoles russes et de l’Association de soutien des écoles de langue russe.

REFORME DE L’EDUCATION 2018-2025

Le 23 janvier 2018, le Conseil des ministres a convenu de lancer une réforme de l’éducation en 2019 qui comprenait une transition progressive vers le letton comme seule langue d’enseignement général dans toutes les écoles secondaires russophones et d’augmenter le pourcentage de matières générales enseignées en letton dans les écoles primaires russophones (au moins 50 % pour le primaire — 6 à 12 ans — et 80 % pour le secondaire inférieur niveaux — 13 à 15 ans), à l’exception de la langue maternelle, de la littérature et des matières liées à la culture et à l’histoire russes qui continueront d’être enseignées en russe.

MANIFESTATION DE RUSSOPHONES

Le 4 juillet 2018, le président letton de l’époque, Vējonis, a promulgué un projet de loi controversé proposé par le ministère de l’Éducation et des Sciences visant à étendre les mêmes restrictions linguistiques aux établissements d’enseignement supérieur publics et qu’elles s’imposent également aux universités et collèges privés à partir du 1er septembre 2019. Celles-ci ne seraient plus autorisées à admettre de nouveaux étudiants dans des programmes d’études enseignés dans des langues non officielles de l’Union européenne, à savoir en pratique le seul russe, et que ceux inscrits devront terminer les programmes d’études en cours respectifs d’ici le 31 décembre 2022. Le projet de loi a été opposé par le Parti social-démocrate d’opposition « Harmonie », ainsi que les chefs de plusieurs universités et de plusieurs ONG. Le vice-recteur de l’École internationale d’économie et d’administration des affaires de Riga, Igors Graurs, a déclaré que cela affecterait la capacité d’expatriation des diplômés lettons, entraînant une perte d’environ 54 millions d’euros pour l’économie lettone. Une opinion similaire a été exprimée par l’Union des étudiants de Lettonie qui a qualifié la proposition de « menace pour le développement des programmes d’études et la compétitivité de l’éducation dans l’Espace européen de l’enseignement supérieur, ainsi que dans le monde ».

Le 3 avril 2018, la Douma d’État (la diète russe) a publié une déclaration s’opposant fermement à la réforme et affirmant qu’elle « viole les principes observés par la plupart des pays civilisés ». Elle a exigé que des « mesures économiques spéciales » soient prises contre la Lettonie, tandis que le ministère des Affaires étrangères de Russie a averti que la nouvelle législation aurait un impact négatif sur les relations entre la Lettonie et la Russie.

LE DEPUTE RUSSE SERGE JELEZNIAK A QUALIFIE LA REFORME DE « GENOCIDE LINGUISTIQUE » ET L’A COMPAREE AU « NAZISME PERPETRE ENVERS LA POPULATION RUSSE » QUI A LIEU EN UKRAINE.

La réforme a été suivie de plusieurs manifestations de la part de Lettons russophones. Le ministre letton de l’Éducation et des Sciences, Kārlis Šadurskis, a qualifié les manifestations de « motivées politiquement », affirmant que le Kremlin désirait que les jeunes russophones de Lettonie aient de faibles compétences en letton et les maintiennent sous l’influence de la propagande russe.

ACCUEIL RESERVE DE LA COMMISSION DE VENISE SUR LES DROITS DES MINORITES NATIONALES

La Commission de Venise sur les droits des minorités nationales s’est penchée sur la réforme éducative en Lettonie. Elle a émis un avis en juin 2020 à ce sujet, on peut y lire aux paragraphes 119 et 120 sa conclusion.

Néanmoins, le système introduit par la législation récente concernant l’enseignement préscolaire doit être réexaminé pour faire en sorte que les personnes appartenant aux minorités nationales continuent de bénéficier de la possibilité de maîtriser leur langue, ce qui est essentiel pour la protection et la promotion de l’identité des minorités ainsi que pour la préservation de la diversité linguistique au sein de la société lettone.

Selon la Commission, tant que la Lettonie garantit cette possibilité à toutes les minorités nationales, privilégier l’enseignement dans certaines langues — soit les langues officielles de l’UE — qui sont dans le même temps les langues de certaines minorités nationales serait acceptable. En outre, les écoles privées devraient être autorisées à dispenser un enseignement dans les langues minoritaires. La Commission rappelle que le respect du droit des personnes appartenant à des minorités de préserver et de développer leur langue ainsi que leur identité ethnique et culturelle est, pour la Lettonie, une obligation qui découle de ses engagements internationaux.

Photo :
Au cœur de la russophobie lettone,
Défilé des anciens de la Légion SS lettone annuel ;
les collaborateurs pro-nazis de la Légion lettone présentés comme des « patriotes ».

Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ)

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire – Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou, Téhéran et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily

https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

* WEBSITE http://www.lucmichel.net/
LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv

TWITTER https RADIO.LUCMICHEL

https://www.podcastics.com/podcast/radiolucmichel/://twitter.com/LucMichelPCN

FACEBOOK https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/

LM.GEOPOL -IV-2022 letton vs russe II (2022 10 03) FR (2)

Posted in # ACTU / BREAKING NEWS | Commentaires fermés

# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ AINSI PARLA VLADIMIR POUTINE : ‘RUPTURE DEFINITIVE ENTRE LA RUSSIE ET L’OCCIDENT’

LM.GEOPOL -IV-2022 ainsi parla poutine (2022 10 02) FR (1)

Le Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
de LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ)/
2022 10 02 / Série IV/
(avec Russosphère)

Poutine promet de défendre la Russie contre « le système néocolonial Ce vendredi 30 septembre, Il s’est lancé dans une longue diatribe anti-occidentale. Poutine promet de défendre la Russie contre « le système néocolonial » des Occidentaux ! « Ce sont les faits ! » Le regard déterminé, le verbe ferme, Vladimir Poutine a répété à plusieurs reprises cette expression, vendredi 30 septembre après-midi, lorsque, face à l’élite nationale réunie au Kremlin, il s’est lancé dans une violente et longue diatribe anti-occidentale avant de formaliser l’annexion de quatre régions ukrainiennes.

Guerre en Ukraine: pour Vladimir Poutine le conflit est l’un des résultats de l’«effondrement de l’Union soviétique»

L’Union soviétique a été dissoute le 26 décembre 1991. Le président russe Vladimir Poutine a estimé jeudi que les conflits en ex-URSS, notamment celui en cours entre la Russie et l’Ukraine, étaient « bien sûr » le résultat de l’« effondrement de l’Union soviétique » et a accusé l’Occident de semer la discorde.

« Nous savons que l’Occident élabore des scénarios pour attiser de nouveaux conflits dans l’espace de la CEI (la Communauté des Etats indépendants, une organisation intergouvernementale composée en 2020 de neuf des quinze anciennes républiques soviétiques, NDLR). Mais nous en avons déjà assez (de conflits) », a-t-il déclaré, lors d’une réunion avec des responsables des services de sécurité de pays membres de la Communauté des États indépendants, qui rassemble d’anciennes républiques soviétiques.

« Il suffit de regarder ce qui se passe en ce moment entre la Russie et l’Ukraine, ce qui se passe aux frontières de certains pays de la CEI. Tout cela, bien sûr, ce sont des résultats de l’effondrement de l’Union soviétique », a-t-il poursuivi.

Le président russe a également affirmé qu’un « ordre mondial plus juste » était en train de se former via « un processus difficile ». « Une hégémonie unipolaire s’écroule inexorablement, c’est une réalité objective que l’Occident refuse catégoriquement d’accepter. Et nous voyons tout ce qui en découle », a-t-il affirmé.

« En s’accrochant au passé et en essayant de mener une politique de diktat dans tous les domaines – des relations internationales à l’économie, en passant par la culture et le sport – ce fameux Occident collectif crée de nouveaux problèmes et de nouvelles crises », a encore lancé M. Poutine.

Le 16 septembre, lors d’un sommet régional asiatique, Vladimir Poutine s’était déjà posé en contrepoids de l’ordre occidental, en se félicitant du « rôle croissant des nouveaux centres de pouvoir ». Par le passé, Vladimir Poutine a qualifié l’effondrement de l’URSS comme « la plus grande catastrophe géopolitique » du XXe siècle.

CE QU’IL FAUT RETENIR DU DISCOURS DE POUTINE

Vladimir Poutine a pris la parole ce vendredi au Kremlin pour officialiser l’annexion de quatre régions d’Ukraine. Mais ce n’est pas la seule chose qu’il a évoqué.

Ce vendredi, peu après 15 heures (14 heures heure belge) Vladimir Poutine a pris la parole à l’occasion d’une cérémonie organisée dans la salle Saint-George du Kremlin pour officialiser l’annexion de quatre régions ukrainiennes (Donetsk, Lougansk, Zaporijjia et Kherson) dans lesquelles des « référendums » (condamnés par la grande majorité de la communauté internationale) ont été organisés.

ANNEXION DE TERRITOIRES
Dans son discours d’une quarantaine de minutes prononcé devant un public composé de membres du gouvernement, de députés et de sénateurs, et d’autres membres de l’élite politique et religeuse russe, M. Poutine a appelé Kiev à « cesser immédiatement les tirs, toutes les hostilités et à revenir à la table des négociations ». « Mais le choix des habitants de Donetsk, Lougansk, Zaporijjia et Kherson ne sera pas discuté. Il a été réalisé et la Russie ne le trahira pas », a-t-il averti.

Le leader russe a livré une violente charge anti-occidentale et justifié à nouveau son «opération spéciale» en annonçant le retour à la «Grande russie». Il a ensuite ratifié l’annexion des régions ukrainiennes. Le président russe et les quatre dirigeants prorusses ont ensuite joint leurs mains avant de scander « Russie! » à l’unisson avec la salle, selon les images retransmises à la télévision.

Balayant les critiques occidentales, M. Poutine a ajouté: « Les habitants de Lougansk et Donetsk, Kherson et Zaporijjia deviennent nos citoyens pour toujours« . « Les gens ont voté pour notre avenir commun. »

« Nous défendrons notre terre avec toute notre force et tous les moyens à notre disposition« , a encore dit M. Poutine, alors que les responsables russes ont menacé à plusieurs reprises de faire usage de l’arme nucléaire pour défendre les nouveaux territoires ukrainiens incorporés vendredi. « Le champ de bataille auquel le destin et l’histoire nous ont appelés est le champ de bataille pour notre peuple, pour la grande Russie historique, pour les générations futures, nos enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants. »

Après le discours, les dirigeants des régions ukrainiennes séparatistes de Donetsk et Lougansk (est) et de Zaporijjia et Kherson (sud) ont signé les documents d’annexion aux côtés de M. Poutine.

MINUTE DE SILENCE

Poutine a demandé une minute de silence pour remercier les soldats russes combattant en Ukraine ou s’appprêtant à le faire. Le dirigeant a remercié « tous ceux qui ont perdu leur vie » lors de « l’opération spéciale », le nom donné par la Russie à la guerre en Ukraine.

Menaces contre l’Occident

Vladimir Poutine a par ailleurs assuré ne pas vouloir redonner vie à l’URSS, tout en dénonçant le « colonialisme » de l’Occident. « L’URSS a disparu, le passé ne peut être ramené. Et la Russie n’a pas besoin de cela aujourd’hui, nous n’y aspirons pas », a-t-il déclaré.

Mais il a affirmé que Moscou refusait le « diktat » imposé, selon lui, par l’Occident, les Etats-Unis en tête. « Après l’effondrement de l’URSS, l’Occident a décidé que tout le monde devait se plier à son diktat (…) et que la Russie ne se remettrait pas de tous ces bouleversements et s’effondrerait d’elle-même. » « L’Occident est prêt à tout pour préserver le système néo-colonial qui lui permet de parasiter et, en réalité, de piller le monde entier« , a ajouté le président russe.

« ILS VEULENT NOUS VOIR COMME UNE COLONIE »

« Ils veulent nous voir comme une colonie« , a-t-il encore fustigé. Selon lui, Washington cherche à imposer sa volonté dans le monde via « la force brute » et le « droit du poing ». Il a rappelé que les Etats-Unis étaient le seul pays au monde à avoir employé « deux fois l’arme atomique », alors que le Kremlin a menacé de défendre les régions annexées en Ukraine en usant de la bombe nucléaire.

De manière générale, Vladimir Poutine a soutenu que l’Occident avait un comportement ayant « les traits d’un satanisme explicite« .

VLADIMIR POUTINE PROMET DE DEFENDRE LA RUSSIE CONTRE «LE SYSTEME NEOCOLONIAL» DES OCCIDENTAUX

Avant une fête bien mise en scène sur la place Rouge, le chef du Kremlin a prononcé vendredi un violent discours. Sans menaces nucléaires. Mais avec de longues diatribes anti-occidentales confirmant sa stratégie contre l’Ouest.

Pendant près d’une heure, Vladimir Poutine a en fait déroulé une longue démonstration: son «opération militaire spéciale», selon la litote du chef du Kremlin, va bien au-delà du conflit en Ukraine.

Russie ! Ensemble pour toujours… » Au-dessus de la scène installée au cœur de la place Rouge, sur le bout de la langue des spectateurs rassemblés face au Kremlin, dans le discours de Vladimir Poutine quelques heures plus tôt, la même formule a été répétée tout le long de la journée à Moscou vendredi. Devant l’élite rassemblée, elle, sous les lustres dorés de la grande salle blanche Saint-Georges, le chef du Kremlin a d’abord donné le ton en milieu d’après-midi. Les habitants des quatre régions d’Ukraine qui ont « voté » cette semaine pour leur rattachement à la Russie lors de référendums. « seront nos citoyens pour toujours », a lancé Vladimir Poutine.
QUI A SABOTE LES GAZODUCS NORD STREAM ?

Le président russe Vladimir Poutine a aussi accusé les Anglo-Saxons d’être à l’origine des explosions qui ont provoqué des fuites importantes dans les gazoducs Nord Stream 1 et 2, construits pour acheminer le gaz russe en Europe. « En organisant des explosions sur les gazoducs internationaux qui longent le fond de la mer Baltique, ils ont en réalité commencé à détruire l’infrastructure énergétique européenne« . Poutine a imputé ce « sabotage » aux « Anglo-saxons ».

Selon le président russe, les États-Unis « font pression » sur les pays européens pour qu’ils coupent complètement leur approvisionnement en gaz russe « afin de s’emparer (eux-mêmes) du marché européen ». Avant le début du conflit avec l’Ukraine fin février, le gaz russe représentait 40% des livraisons annuelles de gaz à l’Union européenne, un chiffre qui est tombé à 9% début septembre selon Bruxelles.

POUR VLADIMIR FEDOROVSKI, SON DISCOURS MARQUE LA RUPTURE DEFINITIVE ENTRE LA RUSSIE ET L’OCCIDENT.

Au micro de RTL, Vladimir Fédorovski, est revenu sur le discours de Vladimir Poutine qui a officialisé l’annexion de quatre régions de l’Ukraine. Pour l’écrivain russo-ukrainien et ancien diplomate proche de Gorbatchev, ce discours de Vladimir Poutine marque « une rupture définitive entre la Russie et l’Occident ».

Ainsi, « il y aura une réorientation de la Russie vers l’Asie », autour de la Chine et de l’Iran. pour Vladimir Fédorovski, « on n’a jamais été aussi près de l’apocalypse ». En effet, il y a deux scénarii possibles : si l’Ukraine gagne, récupère les régions annexées et va jusqu’en Crimée, Vladimir Poutine « va réagir par tous les moyens ». Au contraire, si le plan de Poutine se passe comme prévu, en envahissant encore plus l’Ukraine, « ce sont les Américains qui vont intervenir » car ils n’accepteront jamais la domination russe autour de la mer noire.

Pour l’ancien diplomate, « Vladimir Poutine ne bluffe pas » quand il indique qu’il défendra par tous les moyens les nouveaux territoires annexés en Ukraine. Vladimir Fédorovski déclare également que l’on ne peut pas comparer la guerre en Ukraine avec la Guerre Froide, car au temps de la Guerre Froide, « il y avait des règles ».

Le président russe affirme que la Russie a un autre avenir que celui proposé par l’Occident, et justifie le conflit actuel pour « une Russie libre ». Un « Russie! » scandée à l’unisson par les quatre dirigeants des territoires annexés, qui se tenaient la main, est venue terminer ce discours profondément anti-occidental.

# DISCOURS DE VLADIMIR POUTINE AU RASSEMBLEMENT-CONCERT « LE CHOIX DES GENS. ENSEMBLE POUR TOUJOURS »
Vendredi 30.09.2022, Place Rouge, Moscou. Chers amis! Aujourd’hui, nous avons un jour historique spécial, solennel et sans exagération – le jour de la vérité et de la justice. Je ne peux m’empêcher de me rappeler comment l’Union soviétique s’est formée lorsque la Russie a créé l’Ukraine moderne. C’est la Russie qui a créé l’Ukraine moderne en y transférant des territoires importants, des territoires historiques de la Russie elle-même avec une population à laquelle personne n’a demandé où, comment les gens voulaient vivre, comment ils voulaient organiser l’avenir de leurs enfants, dans quel Etat. Et avec l’effondrement de l’Union soviétique, la même chose s’est produite – les élites ont tout décidé entre elles, des millions de citoyens ordinaires n’ont rien demandé. Et ce n’est que maintenant que la Russie moderne a accordé aux personnes vivant dans la République populaire de Lougansk, à Donetsk [République populaire], à Zaporozhye et à Kherson le droit de choisir. Les gens sont venus au référendum et ont fait ce choix-d’être avec leur Patrie historique, avec la Russie! Un seul épisode de ce qui s’est passé il y a deux, trois ou quatre jours : les élections à Lougansk, les gens font la queue dans la rue à l’un des bureaux de vote et les tirs d’artillerie ont commencé. Le projectile est tombé à proximité, non loin – personne n’a quitté la file d’attente pour le bureau de vote. Merveilleux ! Pendant des décennies, ils ont essayé d’éradiquer la conscience historique de ces gens, de détruire leurs traditions, de leur interdire de parler leur langue maternelle, d’interdire la culture – rien n’y réussit. Ces personnes portaient dans leur cœur l’amour de leur patrie historique et l’ont transmis à leurs enfants. Et c’est pourquoi nous disons : la Russie n’ouvre pas seulement les portes de notre patrie à nos frères et sœurs, elle leur ouvre son cœur. Bienvenue à la maison ! Mais nous savons à qui nous devons aujourd’hui, la célébration d’aujourd’hui – nous le devons à nos soldats et officiers héroïques, aux miliciens du Donbass, aux volontaires. Nous sommes ici sur la place rouge aujourd’hui, mais ils ne sont pas au défilé, ils sont au combat, ils défendent héroïquement le choix du peuple qui a été fait il y a quelques jours – je sais de quoi je parle – héroïquement. Et donc, en signe de soutien, de gratitude, en reconnaissance de leurs mérites, pour leur héroïsme et leur sacrifice, je propose d’ici, de la place rouge, de leur envoyer un signal de notre soutien, de notre respect et de notre admiration pour leur sacrifice et leur héroïsme. Je propose de le faire fort, de sorte qu’à des milliers de kilomètres, ils entendent la voix de la place rouge, trois fois « hourra ». Un, deux, trois ! Hourra ! Hourra ! Hourra ! Chers amis, nous ferons tout pour soutenir nos frères et sœurs à Zaporozhye, à Kherson, à Donetsk et à Lougansk. Nous ferons tout pour assurer la sécurité, améliorer la sécurité dans ces territoires et pour ces personnes. Nous ferons tout pour relancer l’économie, reconstruire les infrastructures, construire de nouvelles écoles, d’autres établissements d’enseignement, des hôpitaux et des cliniques. Nous sommes devenus plus forts parce que nous sommes ensemble. La vérité est derrière nous, et dans la vérité il y a la force, ce qui signifie la victoire ! La victoire sera à nous ! Merci ! Bonne chance ! Traduction : DISCOURS DE VLADIMIR POUTINE AU RASSEMBLEMENT-CONCERT « LE CHOIX DES GENS. ENSEMBLE POUR TOUJOURS » Vendredi 30.09.2022, Place Rouge, Moscou. Chers amis! Aujourd’hui, nous avons un jour historique spécial, solennel et sans exagération – le jour de la vérité et de la justice. Je ne peux m’empêcher de me rappeler comment l’Union soviétique s’est formée lorsque la Russie a créé l’Ukraine moderne. C’est la Russie qui a créé l’Ukraine moderne en y transférant des territoires importants, des territoires historiques de la Russie elle-même avec une population à laquelle personne n’a demandé où, comment les gens voulaient vivre, comment ils voulaient organiser l’avenir de leurs enfants, dans quel Etat. Et avec l’effondrement de l’Union soviétique, la même chose s’est produite – les élites ont tout décidé entre elles, des millions de citoyens ordinaires n’ont rien demandé. Et ce n’est que maintenant que la Russie moderne a accordé aux personnes vivant dans la République populaire de Lougansk, à Donetsk [République populaire], à Zaporozhye et à Kherson le droit de choisir. Les gens sont venus au référendum et ont fait ce choix-d’être avec leur Patrie historique, avec la Russie! Un seul épisode de ce qui s’est passé il y a deux, trois ou quatre jours : les élections à Lougansk, les gens font la queue dans la rue à l’un des bureaux de vote et les tirs d’artillerie ont commencé. Le projectile est tombé à proximité, non loin – personne n’a quitté la file d’attente pour le bureau de vote. Merveilleux ! Pendant des décennies, ils ont essayé d’éradiquer la conscience historique de ces gens, de détruire leurs traditions, de leur interdire de parler leur langue maternelle, d’interdire la culture – rien n’y réussit. Ces personnes portaient dans leur cœur l’amour de leur patrie historique et l’ont transmis à leurs enfants. Et c’est pourquoi nous disons : la Russie n’ouvre pas seulement les portes de notre patrie à nos frères et sœurs, elle leur ouvre son cœur. Bienvenue à la maison ! Mais nous savons à qui nous devons aujourd’hui, la célébration d’aujourd’hui – nous le devons à nos soldats et officiers héroïques, aux miliciens du Donbass, aux volontaires. Nous sommes ici sur la place rouge aujourd’hui, mais ils ne sont pas au défilé, ils sont au combat, ils défendent héroïquement le choix du peuple qui a été fait il y a quelques jours – je sais de quoi je parle – héroïquement. Et donc, en signe de soutien, de gratitude, en reconnaissance de leurs mérites, pour leur héroïsme et leur sacrifice, je propose d’ici, de la place rouge, de leur envoyer un signal de notre soutien, de notre respect et de notre admiration pour leur sacrifice et leur héroïsme. Je propose de le faire fort, de sorte qu’à des milliers de kilomètres, ils entendent la voix de la place rouge, trois fois « hourra ». Un, deux, trois ! Hourra ! Hourra ! Hourra ! Chers amis, nous ferons tout pour soutenir nos frères et sœurs à Zaporozhye, à Kherson, à Donetsk et à Lougansk. Nous ferons tout pour assurer la sécurité, améliorer la sécurité dans ces territoires et pour ces personnes. Nous ferons tout pour relancer l’économie, reconstruire les infrastructures, construire de nouvelles écoles, d’autres établissements d’enseignement, des hôpitaux et des cliniques. Nous sommes devenus plus forts parce que nous sommes ensemble. La vérité est derrière nous, et dans la vérité il y a la force, ce qui signifie la victoire ! La victoire sera à nous ! Merci ! Bonne chance ! * Traduction : Russosphère. t.me/russospheret.me/russosphere

# LES SANCTIONS CONTRE MOSCOU « MENACENT LE MONDE ENTIER », SELON POUTINE

Vladimir Poutine s’était déjà exprimé ce 07/09/2022 dans le cadre d’un Forum économique organisé à Vladivostok :

Il a assuré que les sanctions décrétées contre la Russie devant l’invasion de l’Ukraine pénalisaient toute la communauté internationale, et il a célébré sa relation avec le continent asiatique, multipliant les coups à l’égard de ses anciens interlocuteurs occidentaux.
Il est « impossible » pour les pays occidentaux d’isoler la Russie en dépit des sanctions contre Moscou qui représentent une « menace pour le monde entier », avait déclaré le président russe Vladimir Poutine. « Peu importe combien certains voudraient isoler la Russie, il est impossible de le faire », a lancé Vladimir Poutine lors de ce forum économique tourné vers l’Asie à Vladivostok, dans l’extrême-orient russe.

APRES LA PANDEMIE, LA « FIEVRE DES SANCTIONS »

La pandémie de nouveau coronavirus « a été remplacée par de nouveaux défis d’ordre global, qui menacent le monde entier. Je veux parler de la fièvre de sanctions de l’Occident », a-t-il ajouté. Le président russe a dénoncé « le refus obstiné des élites occidentales de voir les faits » et « la domination insaisissable des Etats-Unis » dans la mise en place de lourdes sanctions contre la Russie à la suite de l’offensive menée en Ukraine depuis fin février. « Des changements irréversibles se sont produits dans tout le système des relations internationales », a-t-il noté.

Malgré une pluie de sanctions occidentales, Vladimir Poutine a affirmé que la Russie « n’a rien perdu et ne perdrait rien ». « Il y a une certaine polarisation en cours, mais je pense que ça ne sera que bénéfique », a-t-il ajouté. Devant de nombreux dirigeants économiques et politiques asiatiques, notamment chinois, il a aussi salué « le rôle croissant » de la région Asie-Pacifique dans les affaires du monde, à l’opposé d’un Occident qu’il a dépeint comme sur le déclin, miné notamment par l’ »inflation ».

UN PARTENARIAT RENFORCE AVEC L’ASIE, ET UN ELOIGNEMENT VIS-A-VIS DE L’OCCIDENT

Face à « l’agression technologique, financière et économique de l’Occident », le président russe a dit se réjouir de « l’éloignement petit à petit » de l’économie russe du dollar, de l’euro et de la livre sterling, « des devises pas fiables », vers notamment le yuan chinois. Mardi, le géant gazier russe Gazprom, entreprise d’Etat, avait annoncé que la Chine paierait dorénavant ses contrats en roubles et en yuans, au lieu du dollar, nouveau signe de rapprochement entre Moscou et Pékin sur fond de tensions avec l’Occident.

« La majorité absolue des Etats d’Asie-Pacifique n’accepte pas la logique destructrice des sanctions », s’est encore satisfait Vladimir Poutine. « Un partenariat créatif ouvrira de nouvelles opportunités gigantesques pour nos peuples », a-t-il affirmé dans son discours.

Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ)

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire – Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou, Téhéran et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily

https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

* WEBSITE http://www.lucmichel.net/
LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv

TWITTER https RADIO.LUCMICHEL

https://www.podcastics.com/podcast/radiolucmichel/://twitter.com/LucMichelPCN

FACEBOOK https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/

LM.GEOPOL -IV-2022 ainsi parla poutine (2022 10 02) FR (2)

Posted in # ACTU / BREAKING NEWS | Commentaires fermés

# ECUATORIAL-GUINEA-TV/ BIENS DITS MAL ACQUIS: MALABO SAISIT A NOUVEAU LA COUR INTERNATIONALE DE JUSTICE (LA PLUS HAUTE JURIDICTION DE L’ONU) CONTRE PARIS

EGTV-2022 - 044 cij bis (2022 10 02)

Luc MICHEL/
2022 09 28
(avec AFP – Le Figaro)

La Guinée équatoriale a de nouveau saisi la plus haute juridiction de l’ONU contre la France, au sujet de son ambassade parisienne confisquée dans l’affaire dite des «biens mal acquis». Malabo a introduit jeudi une instance devant la Cour internationale de justice (CIJ) de La Haye, a annoncé cette dernière vendredi dans un communiqué.

En juillet 2021, la justice française avait définitivement condamné le vice-président équato-guinéen Teodoro Nguema Obiang Mangue, surnommé Teodorin, et confirmé la confiscation de son patrimoine.

L’une des propriétés saisie est un immeuble de la très chic avenue Foch à Paris, dont Malabo estime à raison qu’il abrite son ambassade et qui lui appartient en fait !

LA GUINEE EQUATORIALE SAISIT MAINTENANT LA CIJ AU MOTIF DE «CRIME DE DETOURNEMENT DE FONDS PUBLICS» PAR LA FRANCE, SELON LE COMMUNIQUE DU TRIBUNAL DE LA HAYE.

Elle demande aux juges de l’ONU de bloquer la vente par la France de l’immeuble du 40-42 avenue Foch, estimé à plus de 100 millions. Cette demande est faite en vertu de la convention contre la corruption de l’ONU de 2003, Malabo estimant que Paris l’a enfreinte, détaille la CIJ.

Teodorin Obiang, le vice-président, a été définitivement condamné par la justice française, non compétente, en 2021 à trois ans de prison avec sursis, 30 millions d’euros d’amende et la confiscation de ses biens en France.

Tribunal de l’ONU, la Cour internationale de justice (CIJ) statue sur des différends entre les États membres.

VOICI L’IMMEUBLE QUE LA FRANCE REFUSE DE RESTITUER A LA GUINEE EQUATORIALE

Dans l’affaire des «biens dits mal acquis», l’État de Guinée équatoriale tente de récupérer cet immeuble parisien de l’avenue Foch confisqué à son vice-président Teodorin Obiang, mais qui en fait appartient à Malabo.

La justice française a refusé de restituer à l’État de Guinée équatoriale un hôtel particulier situé avenue Foch à Paris, confisqué après la condamnation de son vice-président Teodorin Obiang. La cour d’appel de Paris «a déclaré irrecevable la demande de restitution», a confirmé une source judiciaire à l’AFP. Teodorin Obiang, le vice-président équato-guinéen, a été définitivement condamné à trois ans de prison avec sursis, 30 millions d’euros d’amende et des confiscations de biens, après le rejet de son pourvoi en juillet 2021.

Prenant acte de cette condamnation, la Guinée équatoriale avait adressé à la cour d’appel en septembre 2021 une requête en restitution de l’immeuble de l’avenue Foch, affirmant en être le propriétaire «de bonne foi». Cet immeuble, estimé à environ 107 millions d’euros par la justice, est situé dans l’un des quartiers les plus chics de Paris, et a été au cœur d’un bras de fer entre Paris et Malabo.

«C’est un déni de justice» pour la Guinée équatoriale, avait réagi l’avocat de l’État, Kévin Grossmann. «Comme l’ont jugé les différentes juridictions pénales successives, la population guinéenne, et donc l’État lui-même, est également victime» dans ce dossier, estime-t-il. Selon lui, l’immeuble en question avait été vendu en septembre 2011 par Teodorin Obiang à l’État de Guinée équatoriale (donc avant sa saisie intervenue en 2012), qui en est donc le propriétaire «de bonne foi» et «victime».

* Lire aussi/
Luc Michel : QUAND LE PARLEMENT FRANÇAIS VOTE UNE LOI SPECIALE DE SPOLIATION CONTRE MALABO
sur http://www.eode.org/la-voix-de-la-guinee-equatoriale-vers-un-nouveau-round-du-dossier-des-biens-dit-mal-acquis-quand-le-parlement-francais-vote-une-loi-speciale-de-spoliation-contre-malabo/

* WebTV
ECUATORIAL-GUINEA-WEBTV
(Editée par PANAFRICOM) :

http://www.lavoixdelaguineeequatoriale.tv/

* ECUATORIAL GUINEA TV
VK.com/ecuatorialguineatv
* Page officielle
THE VOICE OF ECUATORIAL GUINEA

https://www.facebook.com/ecuatorial.guinea/

* PRESIDENT OBIANG NGUEMA MBASOGO
OFFICIAL PANAFRICAN FAN CLUB

https://www.facebook.com/groups/obiangnguemambasogo.fanclub/

Posted in # ACTU / BREAKING NEWS | Commentaires fermés

# RADIO.LUCMICHEL/ INTERVIEW DE LUC MICHEL POUR PRESS TV DU 01 10 / REVOLUTION DE COULEUR MADE IN USA CONTRE TEHERAN

Ecoutez sur :
https://www.podcastics.com/podcast/episode/radiolucmichel-interview-de-luc-michel-pour-press-tv-du-01-10-revolution-de-couleur-made-in-usa-contre-teheran-205390/

L’Iran annonce l’arrestation de neuf ressortissants étrangers liés aux récents troubles :
Les forces de sécurité iraniennes ont annoncé, vendredi 30 septembre 2022, avoir arrêté neuf pour leur rôle dans les manifestations qui secouent l’Iran depuis la mort de Mahsa Amini il y a deux semaines.

Les autorités iraniennes ont annoncé ce vendredi 30 septembre 2022 l’arrestation de plusieurs étrangers en lien selon elles avec le mouvement de contestation déclenché par la mort d’une jeune femme, qui entre dans sa troisième semaine. Les manifestations ont débuté après le décès le 16 septembre de Mahsa Amini, une Kurde iranienne, trois jours après son arrestation. Le pouvoir, qui dément toute implication des forces de l’ordre dans la mort de cette femme de 22 ans, fustige les manifestants qualifiés d’« émeutiers », faisant état de centaines d’arrestations.

Neuf ressortissants européens arrêtés :
Dans un communiqué, le ministère iranien des Renseignements a annoncé l’arrestation de « neuf ressortissants d’Allemagne, de Pologne, d’Italie, de France, des Pays-Bas, de Suède, etc. ». Selon lui, ils ont été interpellés « sur les lieux d’émeutes ou y ont été mêlés ». Depuis le début des manifestations, les autorités iraniennes accusent des forces à l’étranger, parmi lesquelles les États-Unis, leur ennemi juré, d’être derrière les rassemblements ou de les attiser.

Luc Michel, géopoliticien, nous donne plus d’explications.

* RADIO.LUCMICHEL

https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/

* LUCMICHEL-TV

https://vk.com/lucmicheltv

Posted in # ACTU / BREAKING NEWS | Commentaires fermés

# RADIO.LUCMICHEL/ INTERVIEW DE LUC MICHEL POUR PRESS TV DU 01 10 2022/ SYRIE-AL-TANF: LES USA DEHORS!

Ecoutez sur :
https://www.podcastics.com/podcast/episode/radiolucmichel-interview-de-luc-michel-pour-press-tv-du-01-10-2022-syrie-al-tanf-les-usa-dehors-205389/

Syrie/al-Tanf: les USA dehors!
Les civils syriens d’al-Tanf, dans le sud-est de la Syrie, ont protesté contre la présence des terroristes de Maghaweir al-Thowra affiliés à la coalition internationale dirigée par les États-Unis, a rapporté South Front le 30 septembre.

Les protestations ont commencé le 27 septembre dans le camp de réfugiés d’al-Rukban, situé à quelques kilomètres seulement de la base de la coalition dirigée par les États-Unis à al-Tanf.

Cette nouvelle intervient alors que l’agence de presse officielle syrienne, SANA, rapporte que les forces d’occupation américaines continuent de piller le pétrole syrien dans les champs d’al-Jazira et dans les régions orientales du pays.

Comment peut-on analyser la situation ?
Luc Michel, géopoliticien s’exprime sur le sujet.

LA FRONDE ANTI US A L’INTERIEUR D’AL TANF

La base américaine illégale d’al-Tanf ne représente plus du tout un endroit sûr, à la fois en raison des roquettes et des drones de la Résistance, mais aussi en raison des révoltes anti-US à l’intérieur de la base. Les civils syriens d’al-Tanf, dans le sud-est de la Syrie, ont protesté contre la présence des terroristes de Maghaweir al-Thowra affiliés à la coalition internationale dirigée par les États-Unis, a rapporté South Front ce vendredi 30 septembre.

Les protestations ont commencé le 27 septembre dans le camp de réfugiés d’al-Rukban, situé à quelques kilomètres seulement de la base de la coalition dirigée par les États-Unis à al-Tanf. Le groupe terroriste Maghaweir al-Thowra est apparu en 2016 avec le soutien de la coalition dirigée par les États-Unis. Quelque 200 soldats américains et 300 terroristes de Maghaweir al-Thowra sont généralement déployés dans la base d’al-Tanf autour de laquelle la coalition dirigée par les États-Unis maintient une zone d’exclusion aérienne de 55 kilomètres couvrant le camp d’al-Rukban, où des centaines d’autres terroristes sont présents.

Les terroristes de Maghaweir al-Thowra sont en grande partie responsables de l’insécurité à al-Tanf, c’est pourquoi de nombreux civils s’inquiètent de leur présence, qui, selon les experts, vise à intensifier les attaques contre les forces de l’armée syrienne et les infrastructures civiles dans les zones environnantes. Il est probable cependant que les exigences des manifestants continueront d’être ignorées par la coalition internationale, quitte à déclencher un nouveau conflit à al-Tanf.

Cette nouvelle intervient alors que l’agence de presse officielle syrienne, SANA, rapporte que les forces d’occupation américaines continuent de piller le pétrole syrien dans les champs d’al-Jazira et dans les régions orientales du pays. Plus tôt, Wang Wenbin, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a déclaré que les États-Unis poursuivaient le pillage du pétrole syrien avec encore plus de désinvolture qu’auparavant, appelant Washington à y mettre fin et même à compenser les dommages.
CE COUP DE GRACE QUE PREPARE RUSSIE-RESISTANCE CONTRE USA EN SYRIE ORIENTALE?

Se référant au rapport du ministère syrien du Pétrole, le haut diplomate chinois a déclaré que la production quotidienne moyenne de pétrole au premier semestre 2022 était d’environ 80 300 barils, mais que les forces d’occupation américaine et leurs mercenaires volent 66 000 barils par jour, ce qui équivaut à 82 % de la production totale de pétrole syrien. Citant un responsable syrien, Wang Wenbin a déclaré que le montant des dommages causés à la Syrie en raison du pillage de son pétrole s’élevait à 18 milliards et 200 millions de dollars à la fin du premier semestre 2022. En outre, a-t-il ajouté, cet acte de Washington a aggravé les conditions humanitaires désastreuses qui touchent plus de 14 millions de Syriens ayant besoin d’une aide d’urgence.

Mais à al-Tanf, les États-Unis ne se contentent pas de composer avec la révolte populaire… les Russes frappent aussi : davantage à couvert dans le nord-ouest de la Syrie, les avions de combat des forces aérospatiales russes ont mené aujourd’hui, vendredi 30 septembre, au moins 12 frappes aériennes sur le Grand Idlib, visant principalement les zones proches des villes de Mseibin et Ruweiha où se trouvent les positions des terroristes de Hayat Tahrir al-Sham, soutenus par Ankara et affiliés à Al-Qaïda, rapporte South Front.

Ayant fait au moins 20 morts et de nombreux blessés, selon des sources proches du gouvernement syrien, les frappes ont été menées en représailles aux violations répétées par Hayat Tahrir al-Sham du cessez-le-feu dans le Grand Idlib, négocié par la Russie et la Turquie il y a plus de deux ans. Ces derniers jours, les snipers de Hayat Tahrir al-Sham se sont livrés à plusieurs opérations. Ces frappes coïncident d’ailleurs avec le septième anniversaire du début des opérations antiterroristes russes en Syrie. Les toutes premières frappes aériennes russes dans le pays ont visé des positions clés de Hayat Tahrir al-Cham, alors connu sous le nom de Front al-Nosra, dans le Grand Idlib et dans plusieurs autres régions.

Les opérations russes de lutte contre le terrorisme ont permis aux forces de l’armée syrienne de reprendre la majeure partie du pays, y compris de grandes zones à Idlib, aux groupes terroristes comme Daech. La nouvelle vague de frappes aériennes sur Idlib avait pour but non seulement de dissuader Hayat Tahrir al-Sham et ses alliés, mais aussi de confirmer l’engagement durable de la Russie dans la guerre contre le terrorisme en Syrie.

* RADIO.LUCMICHEL

https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/

* LUCMICHEL-TV

https://vk.com/lucmicheltv

# RADIO.LUCMICHEL/
INTERVIEW DE LUC MICHEL POUR PRESS TV DU 2022/
Luc Michel, géopoliticien, nous donne plus d’explications.
* RADIO.LUCMICHEL

https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/

* LUCMICHEL-TV

https://vk.com/lucmicheltv

Posted in # ACTU / BREAKING NEWS | Commentaires fermés

# RADIO.LUCMICHEL/ PCN-НОП/ GEOPOLITIQUE ANTI-NATO/ LUC MICHEL : VICTOIRE RUSSE EN UKRAINE (TABLE-RONDE DU 30 09 2022 SUR PARS TODAY)

Ecoutez sur :
https://www.podcastics.com/podcast/episode/radiolucmichel-pcn-nop-geopolitique-anti-nato-luc-michel-victoire-russe-en-ukraine-table-ronde-du-30-09-2022-sur-pars-today-205333/

Ukraine: que fait l’Iran?
Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kan’ani, a regretté samedi la révocation par l’Ukraine de l’accréditation de l’ambassadeur iranien, déclarant que cette décision était « basée sur des rapports non confirmés et résultait du battage médiatique de parties étrangères ». L’Ukraine a déclaré vendredi qu’elle allait retirer l’accréditation de l’ambassadeur iranien et réduire considérablement le nombre de membres du personnel diplomatique à l’ambassade d’Iran à Kiev en raison de ce qu’elle a appelé la décision « inamicale » de Téhéran de fournir des drones aux forces russes.

M. Kan’ani a conseillé au gouvernement ukrainien de « s’abstenir de se laisser influencer par des tiers qui cherchent à détruire les relations entre les deux pays. »

« LES DRONES IRANIENS, NOUVEAU CAUCHEMAR DE L’ARMEE UKRAINIENNEE (LE FIGARO)

« L’Iran a livré à la Russie des «centaines de drones» qui visent des infrastructures civiles et détruisent blindés et obusiers ukrainiens sur le champ de bataille. Dans le ciel ukrainien, Moscou a trouvé une parade pour infliger à l’Ukraine le prix de sa contre-offensive spectaculaire et victorieuse. Depuis quelques semaines, et sur les zones de front au sud près de Kherson comme à l’est, des drones kamikazes et d’autres larguant des bombes sont apparus, anéantissant chars, obusiers ou véhicules de transport de troupes. Des infrastructures civiles ont aussi été ciblées à Odessa ou Mikolaïv. » «Il est très difficile de les voir sur les radars», expliquait récemment une militaire ukrainienne…

LA GUERRE HYBRIDE RUSSE EN UKRAINE

La Russie a lancé une opération militaire spéciale en Ukraine le 24 février, affirmant qu’elle vise à « démilitariser » la région de Donbass, dans l’est de l’Ukraine, qui est composée des républiques de Donetsk et de Lougansk. Ces dernières semaines, la Russie a radicalement changé sa méthode de combat, retirant une grande partie de ses troupes mais privilégiant des tactiques asymétriques provoquant davantage de destruction d’équipements militaires ennemis. Des tactiques qui ne sont pas étrangères à la Russie après son expérience en Syrie, où la Résistance et des conseillers militaires iraniens étaient présents. Une expérience qui, à l’heure actuelle, leur profite largement et qui pousse même les Ukrainiens à blâmer l’Iran.

Luc Michel, géopoliticien et Arnaud Develay, s’expriment sur ce sujet.
Thématiques abordées : que fait l’Iran en Ukraine – la guerre hybride russe – la situation militaire et géopolitique – les référendums …

* RADIO.LUCMICHEL
https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/
* LUCMICHEL-TV

https://vk.com/lucmicheltv

* PCN-TV

https://vk.com/pcnwebtv

* PCN-TV YouTube (Archives 2009-2016) :

https://www.youtube.com/user/PCNTVnetwork

Posted in # ACTU / BREAKING NEWS | Commentaires fermés

# RADIO.LUCMICHEL/ PCN-НОП/ GEOPOLITIQUE ANTI-NATO/ LUC MICHEL : LE REFERENDUM, ARME POPULAIRE DE LA DEMOCRATIE DIRECTE EN MARCHE : LES AUTODETERMINATIONS DE DONETSK, LOUGANSK, KHERSON ET ZAPOROJA

Ecoutez sur (le son commence après 55’):
https://www.podcastics.com/podcast/episode/radiolucmichel-pcn-nop-geopolitique-anti-nato-luc-michel-le-referendum-arme-populaire-de-la-democratie-directe-en-marche-les-autodeterminations-de-donetsk-lougansk-kherson-et-zaporoja-205332/

Les référendums ont parlé. De nouvelles armes américaines pour l’Ukraine et les forces de réserve russes sont en route vers les fronts de bataille.
Luc Michel, géopoliticien, nous donne plus d’explications.

RÉFÉRENDUMS: MOSCOU AFFIRME QUE LES RÉGIONS ONT FAIT UN « CHOIX LIBRE EN FAVEUR DE LA RUSSIE »
P.B.

La diplomatie russe a affirmé ce mercredi que les quatre régions ukrainiennes sous contrôle de Moscou avaient fait « un choix libre en faveur de la Russie » en votant en faveur de leur annexion lors de référendums dénoncés par Kiev et ses alliés occidentaux. « Les résultats de ce plébiscite parlent d’eux-mêmes: les habitants du Donbass, de Kherson et de Zaporijjia ne veulent pas retourner à leur vie d’avant et ont fait un choix conscient et libre en faveur de la Russie », a affirmé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.
Selon la diplomatie russe, les habitants ces régions « n’avaient pas d’autre alternative », alors que Moscou accusait Kiev, pour justifier son offensive, de préparer la répression des populations russophones d’Ukraine. »Le résultat logique (…) a été la décision des habitants du Donbass, de Kherson et de Zaporijjia de demander la protection de la Russie », a assuré le ministère. Reprenant la rhétorique employée pour justifier son offensive, Moscou a de nouveau assuré que « la population du Donbass a été soumise à une extermination systématique et cynique » par les forces de Kiev depuis le début de la guerre avec les séparatistes prorusses en 2014.

«À TRAVERS CES REFERENDUMS, LA RUSSIE VIENT DE SIGNIFIER QU’ELLE IRA JUSQU’AU BOUT»

Les 4 zones soumises au référendum du 23 au 27 septembre 2022 ont répondu «oui» à l’annexion par la Russie. « Moscou a réussi à montrer qu’elle reprenait la dynamique », explique Florent Parmentier, enseignant à Sciences Po. Les référendumsen faveur du rattachement à la Russie ont obtenu des résultats soviétiques dans les régions de Zaporijjia (93,11%), de Kherson (87,05%), de Lougansk (98,42%) et de Donetsk (99,23%). « La population dans ces régions, particulièrement dans le Donbass, est en colère vis-à-vis des autorités de Kiev pour avoir vu leur territoire bombardé depuis 2014, et ceux-là sont satisfaits de rejoindre la Fédération de Russie ».

* Lire aussi :
De Kherson à Détroit, revoilà le temps des référendums d’autodétermination (VIII) : regards sur les référendums de Novorossiya, la démocratie directe en marche
sur https://www.palestine-solidarite.fr/de-kherson-a-detroit-revoila-le-temps-des-referendums-dautodetermination-viii-regards-sur-les-referendums-de-novorossiya-la-democratie-directe-en-marche/

* RADIO.LUCMICHEL

https://www.podcastics.com/profile/12075-radiolucmichel/

* LUCMICHEL-TV

https://vk.com/lucmicheltv

* PCN-TV

https://vk.com/pcnwebtv

* PCN-TV YouTube (Archives 2009-2016) :

https://www.youtube.com/user/PCNTVnetwork

Posted in # ACTU / BREAKING NEWS | Commentaires fermés