# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ ATTENTAT DE BEYROUTH (IV) : LE NITRATE D’AMMONIUM AURAIT ETE DESTINE AUX GROUPES ARMES SYRIENS ANTI-ASSAD

LM.GEOPOL - Attentat beyrouth IV (2020 08 11) FR 1

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE/
Luc MICHEL pour EODE/
Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
2020 08 11/

« Le nitrate d’ammonium aurait été destiné aux groupes armés syriens », nous informent des médias arabes, dont ‘Perpectives’ (Maroc). «Des zones d’ombres nécessitent en effet une élucidation indispensable dans l’affaire du nitrate d’ammonium qui a causé la plus grande catastrophe au Liban ».

L’une d’entre elles, préliminaire et indispensable, est sans doute liée aux conditions de son arrivée depuis la Géorgie, alors qu’elle était destinée au Mozambique en principe, et aux raisons pour lesquelles elle s’y est retrouvée bloquée. Or une « nouvelle version des faits », occultée par les médias francophones, pourrait donner une certaine réponse. Elle est relayée par des observateurs libanais avisés.

LA REELLE DESTINATION DE CE NITRATE D’AMMONIUM NE SERAIT PAS LE MOZAMBIQUE MAIS L’OPPOSITION SYRIENNE ARMEE !

La réelle destination de ce nitrate d’ammonium, produits utilisés comme engrais agricole et hautement explosif à une certaine concentration azotique ne serait pas le Mozambique mais l’opposition syrienne armée, qui était alors en guerre contre le gouvernement syrien de bachar al Assad. Une opposition armée liée à Washington, Paris, Londres et Ankara, notamment.

Cette version des faits s’est inspirée d’un article, publié par le site d’information ‘SyriaTruth’ le 25 décembre 2013. C’est-à-dire un mois après que le navire ait accosté dans le port de Beyrouth. Tout en étant un site opposé au pouvoir syrien, ce avait, durant les premières années de la guerre contre la Syrie, révélé les réelles tendances et manigances de nombreux groupes de l’opposition syrienne. Il écrivait alors : « Syria Truth a appris de sources concordantes à Beyrouth et à Damas qu’un bateau transportant des milliers de tonnes de nitrate d’ammonium hautement concentré est arrivé dans le port de Beyrouth, le mois passé, en faveur des groupes armés à Homs et dans le Qalamoune en vue de l’utiliser pour fabriquer des explosifs ».

A CETTE EPOQUE, LES FRONTIERES LIBANAISES SERVAIENT DE PASSAGE D’ARMES AUX MILICES SYRIENNES QUI COMBATTAIENT LE GOUVERNEMENT ASSAD AVEC LE SOUTIEN DE PROTAGONISTES LIBANAIS ET DES PAYS DU GOLFE

A cette époque, les frontières libanaises servaient de passage d’armes aux milices syriennes qui combattaient le gouvernement Assad. Avec le soutien de protagonistes libanais et des pays du Golfe. Etaient suspectés de contribution à ce trafic le parti du Futur de Saad Hariri, enfant chéri de Paris, et le Qatar. Le ministre des Affaires étrangères de cet émirat, Hamad Ben Jaber al-Thani, a plus tard révélé , lors de l’éclatement de la discorde avec l’Arabie saoudite, que cette dernière « lui avait confié de soutenir les groupes terroristes en Syrie ».

En 2013, la région de Qusseir n’avait pas encore été libérée par le Hezbollah et était entièrement occupée par les milices de tous bords dont l’ASL, le front al-Nosra (branche d’Al-Qaïda en Syrie). Selon ‘Syria truth’, « les groupuscules armés avaient tenté, auparavant de s’emparer de l’usine d’engrais azotiques de Homs. En vain ». Le site syrien rend compte d’une directive promulguée par le chef de la Sécurité intérieure syrienne, le général Ali Mamlouk, qui avait alors exigé « le renforcement de la surveillance sur les passages frontaliers entre le Liban et la Syrie ». Sommant « d’interdire le passage de nitrate d’ammonium d’une concertation azotique dépassant les 30%, car pouvant servir aux engins explosifs ». « Les informations du général syrien lui auraient été livrées dans le cadre de la collaboration entre les renseignements syriens et libanais ».

QUID DU NAVIRE RHOSUS ?

Il est question ici du navire Rhosus, impliqué dans le transport du nitrate d’ammonium. Il aurait été acheté par un pays du Golfe en faveur des groupes armés en Syrie, le front al-Nosra ou l’Armée syrienne libre. Il aurait dans un premier moment tenté d’accoster dans le port de Tripoli, au nord du Liban, pour y évacuer sa cargaison mais il semble qu’elle n’ait pu le faire pour des raisons inconnues. Le site syrien indique que « son évacuation dans le port de Beyrouth aurait été supervisée par le colonel Imad Othmane, qui était alors le chef du département des renseignements, un service de sécurité proche du courant du Futur » (de Rafiq Hariri). « Ainsi que par l’ingénieur Hassan Qoraytem, qui était alors le directeur général de l’administration et de l’investissement du port de Beyrouth et de Badri Daher qui était le chef de la direction Manifeste du port ». Ces deux derniers, Qoraytem et Daher ont été arrêtés cette semaine parmi d’autres suspects.

« Cette version des faits exacerbe les doutes », d’autant que les révélations du capitaine du navire laissent en suspens une question primordiale. Interrogé par ‘Cyber Really’, Boris Prokochev, rapporte que « le navire lui avait été confié en seconde main, après le départ de son premier équipage, pour non-paiement ». Selon lui, alors « qu’il voulait battre pavillon vers le Mozambique, son propriétaire russe qui détient la nationalité chypriote, un certain Igor Grechushkin lui a, à l’improviste, demandé de se rendre au Liban, au motif de rajouter une cargaison supplémentaire, des équipements en acier pour le chemin de fer au Mozambique, pour soi-disant payer les membres de l’équipage ». Sur les côtes libanaises, une fois chargé, le navire s’est mis à couler. Et la cargaison de nitrate a été sauvée et déposée dans le dépôt 12 du port de Beyrouth.

Depuis ni les autorités libanaises concernées ne l’ont déplacée, ni Grechushkin n’a demandé à la récupérer, ni son présumé destinataire au Mozambique ne l’a non plus réclamée. Il va falloir l’identifier. Il s’agirait d’une société de safari qui n’a rien à voir avec les projets agricoles. « Dans certains médias libanais, on soupçonne déjà que la quantité de nitrate d’ammonium qui a explosé est inférieure aux 2750 tonnes qui étaient déposées initialement. L’enquête n’a fait que commencer. De nombreux acteurs seraient tentés de la dérouter ».

(Sources : Perspectives – Syrian Truth – Cyber Really – EODE Think Tank)

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –
Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily
https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/
________________

* Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ) :
WEBSITE http://www.lucmichel.net/ 
PAGE OFFICIELLE III – GEOPOLITIQUE
https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel.3.Geopolitique/ 
TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN
LUC-MICHEL-TV https://vimeo.com/lucmicheltv
* EODE :
EODE-TV https://vimeo.com/eodetv
WEBSITE http://www.eode.org/ 
LINKEDIN https://www.linkedin.com/in/luc-michel-eode-600661163/

LM.GEOPOL - Attentat beyrouth IV (2020 08 11) FR 2 LM.GEOPOL - Attentat beyrouth IV (2020 08 11) FR 3

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS. Bookmark the permalink.

Comments are closed.