# LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/ LA MENACE NUCLEAIRE AMERICAINE (I) : LA REPONSE DE POUTINE

LM.GEOPOL - V-2023 nucléaire usa II (2023 10 29)

Karel Huybrects pour
Le Quotidien géopolitique – Geopolitical Daily/
de LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ)/
2023 10 29/ Série V/

La Russie entraîne ses forces à une « frappe nucléaire massive » de contre-attaque :

Alors que les sénateurs russes viennent d’approuver la sortie du pays du traité interdisant les essais nucléaires, le président Vladimir Poutine a supervisé, mercredi, des exercices militaires impliquant des tirs de missiles balistiques, visant à simuler une « frappe nucléaire massive ».

Vladimir Poutine n’a pas perdu de temps. Alors que la chambre haute du Parlement vient d’approuver la sortie du pays du traité interdisant les essais nucléaires, le président russe a supervisé, mercredi 25 octobre, des exercices militaires, impliquant des tirs de missiles balistiques, visant à simuler une « frappe nucléaire massive ».

« Sous la direction du commandant suprême des forces armées russes, Vladimir Poutine, un exercice d’entraînement a été mené (…). Des tirs d’entraînement de missiles balistiques et de croisière ont eu lieu », a indiqué le Kremlin dans un communiqué.

Missile balistique et avions à long rayon d’action
Le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, a complété, cité par l’agence de presse Interfax, à l’attention de Vladimir Poutine : « Une session d’entraînement (…) est organisée sous votre direction, au cours de laquelle seront mises en pratique les tâches de lancement d’une frappe nucléaire massive par les forces offensives stratégiques en réponse à une frappe nucléaire ennemie. »

Lors de ces exercices, un missile balistique intercontinental Iars a été tiré depuis le cosmodrome de Plessetsk, dans le nord de la Russie, et un autre missile balistique Sineva depuis un sous-marin en mer de Barents, a précisé le Kremlin.

Des avions à long rayon d’action Tu-95MS ont également procédé à des tirs de missiles de croisière, selon la même source.

La télévision publique russe a diffusé un court extrait montrant Vladimir Poutine écouter le rapport de Sergueï Choïgou et celui du chef d’état-major Valéri Guérassimov après ces manœuvres.

Plus tôt dans la journée de mercredi, le Conseil de la Fédération, la chambre haute du Parlement russe, a approuvé la loi sur la révocation de la ratification du Traité d’interdiction des essais nucléaires (TICEN), sur fond de conflit en Ukraine et de crise avec les Occidentaux.

MENACE NUCLEAIRE RUSSE : POUTINE NE COMPTE PAS ATTAQUER, MAIS « RAPPELER SES CAPACITES DE DISSUASION »

La Russie a donc procédé, mercredi, à des tirs d’essai de missiles balistiques pour simuler une « frappe nucléaire massive » de riposte et révoqué sa ratification d’un traité interdisant les essais atomiques. Des évènements qui ne constituent pas une menace immédiate, mais confortent un peu plus le recul de la politique mondiale de contrôle des armes nucléaires, selon la chercheuse Héloïse Fayet.

Le président russe a supervisé, mercredi 25 octobre, des tirs de missiles balistiques lors de manœuvres militaires visant à simuler une « frappe nucléaire massive », en réponse « à une frappe nucléaire ennemie », selon les mots du ministre de la Défense, Sergueï Choïgou.

Le même jour, la chambre haute du Parlement russe a approuvé la révocation de la ratification d’un important traité interdisant les essais atomiques.

Ce vote intervient dans un contexte de tensions grandissantes entre Moscou et Washington, engagés dans une course aux armements alors que perdure la guerre en Ukraine.

En février 2023, la Russie avait déjà décidé de suspendre sa participation à l’accord New START, dernier traité bilatéral liant les deux pays sur le contrôle des armements nucléaires, qui prévoit le plafonnement des ogives et bombes stratégiques déployées à 1 550.

Le vice-ministre des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, a indiqué que la reprise des discussions avec les Américains sur le renouvellement de ce traité, qui expire en 2026, était tout bonnement exclue « sans changement dans l’attitude profondément et fondamentalement hostile des États-Unis à l’égard de la Russie ».

Héloïse Fayet, chercheuse au Centre des études de sécurité de l’Ifri (Institut français des relations internationales) et coordinatrice du programme Dissuasion et prolifération. : « Pour la Russie, évoquer la menace nucléaire est une manière de rappeler les capacités de dissuasion dont elle bénéficie (…) Les manœuvres auxquelles ont procédé l’armée mercredi ne sont pas les premières de ce type. C’est un exercice annuel et Moscou a bien pris soin de préciser qu’il s’agit de simuler un tir de riposte en cas de « frappe nucléaire ennemie ». À mon sens, aucun signe ne permet de dire que le président russe pourrait déclencher l’arme nucléaire. La Russie considère le conflit en Ukraine comme un conflit local, or la dissuasion nucléaire permet justement d’éviter l’élargissement de ce type de conflit. L’utiliser serait totalement contre-productif. »

LES IMPLICATIONS DU TRAITE D’INTERDICTION DES ESSAIS NUCLEAIRES ET POURQUOI LA RUSSIE EN A REVOQUE SA RATIFICATION ?

Ce traité interdit l’ensemble des essais nucléaires, y compris les essais souterrains, les seuls encore possibles du point de vue du droit international depuis l’accord de 1963 qui proscrit les essais nucléaires dans l’atmosphère, dans l’espace et sous l’eau.

Néanmoins, il faut signaler que ce traité d’interdiction complète n’est pas encore entré en vigueur car il doit d’abord être ratifié par certains pays comme les États-Unis et la Chine. La Russie avait déjà menacé de se retirer pour se mettre à égalité avec la position américaine. C’est désormais chose faite, même si cette « dératification » est plutôt symbolique.

Dans le contexte actuel de tensions accrues avec Washington, la Russie veut être prête, dans l’éventualité où les États-Unis conduiraient des tests, même si en réalité aucune des deux parties ne le souhaite.

Pour la Russie, il s’agit plutôt d’un effet d’annonce visant à critiquer des normes considérées comme imposées par l’Occident. Car le tabou sur les essais nucléaires est toujours très important, personne ne veut y être associé, mis à part la Corée du Nord qui est le dernier pays à en avoir conduit.

CONCERNANT L’ACCORD NEW START, SUR LE CONTROLE DES ARMEMENTS NUCLEAIRES

Des négociations sont-elles encore possibles où l’accord est-il voué à expirer en 2026 ?

La Russie a déjà suspendu sa participation, on peut donc considérer que New START est enterré. Ce type de traité se négocie des années à l’avance et à l’heure actuelle il n’y a pas de discussions. La question de la maîtrise des armements est parasitée par les rivalités entre puissances, alors qu’elle devrait en être protégée.

Elle pâtit des tensions entre Moscou et Washington mais aussi entre Washington et Pékin. La Chine ne veut pas rentrer dans ce type d’accord avec les États-Unis au moment où elle accroît, de manière très rapide, son arsenal nucléaire. Mais elle demeure encore derrière Washington et Moscou. Cet accroissement est essentiel du point de vue de Pékin pour affirmer son statut de première puissance mondiale. À l’inverse, les Américains, qui souhaitent limiter la puissance chinoise, y sont évidemment favorables.

Pendant ce temps, les normes internationales de maîtrise des armements reculent. Toute l’architecture de désarmement, construite au cours de la Guerre froide, est en train d’être détricotée.

DEPUIS LES ATTAQUES DU HAMAS EN ISRAËL, UNE NOUVELLE GUERRE A ECLATE. L’ÉTAT HEBREU EST LA SEULE PUISSANCE REGIONALE A POSSEDER L’ARME NUCLEAIRE. POURRAIT-IL ENVISAGER D’Y AVOIR RECOURS EN CAS D’EMBRASEMENT ?

Tout d’abord, il convient de rappeler que la doctrine nucléaire israélienne est très particulière car l’État hébreu ne dément ni ne confirme posséder cette arme, bien que l’on sache qu’ils l’ont.

Ensuite, posséder l’arme nucléaire sert avant tout à dissuader un autre État d’utiliser la sienne. Son rôle est donc très décalé par rapport à la situation de conflit vis-à-vis du Hamas, qui n’est pas un État et ne possède bien sûr pas cette arme. De plus, un emploi sur un territoire aussi petit que la bande de Gaza est complètement inenvisageable car bien trop dangereux pour Israël. Son utilisation paraît hautement improbable dans le cadre de ce conflit, même si celui-ci était amené à s’étendre.

Luc MICHEL (Люк МИШЕЛЬ)

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :
Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire – Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme
(Vu de Moscou, Téhéran et Malabo) :
PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily

https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

* WEBSITE http://www.lucmichel.net/
LUCMICHEL-TV https://vk.com/lucmicheltv
TWITTER https://twitter.com/LucMichelPCN
RADIO.LUCMICHEL

https://www.podcastics.com/podcast/radiolucmichel/

FACEBOOK https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel/

This entry was posted in # ACTU / BREAKING NEWS. Bookmark the permalink.

Comments are closed.